Qu’est-ce que l’indicateur du vivre mieux ?

Votre indicateur du vivre mieux est conçu pour que vous puissiez visualiser et comparer certains facteurs essentiels au bien-être dans les pays de l’OCDE, comme par exemple l’enseignement, le logement ou l’environnement . Il s’agit d’un outil interactif qui vous permet de voir les résultats des pays selon l’importance que vous accordez à chacun des onze critères qui font une vie meilleure.



Foire aux questions

À quoi sert l’indicateur du vivre mieux ?

Depuis quelques temps, on parle beaucoup de la mesure du bien-être des sociétés (la richesse est-elle le seul critère qui compte ou doit-on étudier d’autres éléments, tels que l’équilibre entre travail et vie privée par exemple?). L’indicateur du vivre mieux a pour but de faire participer les citoyens à ce débat et de leur donner les moyens d’être mieux informés et plus engagés dans les décisions qui influent sur nos vies à tous.

Haut de page

Pourquoi avoir choisi onze critères du bien-être ?

Depuis sa création en 1961, l’OCDE aide les pouvoirs publics à imaginer des politiques meilleures pour une vie meilleure. Plus récemment, l’OCDE est devenue un acteur très actif du débat sur la mesure du bien-être. À partir de cette expérience, les onze critères retenus expriment ce que l’OCDE considère comme des éléments essentiels au bien-être, en termes de conditions de vie matérielle (emploi, logement, revenu) et de qualité de vie(liens sociaux, enseignement, environnement, équilibre entre travail-vie privée, gouvernance, santé, satisfaction et sécurité).

Chaque critère repose sur un à quatre indicateurs spécifiques : par exemple, le critère de l’emploi s’appuie sur quatre indicateurs particuliers : le taux d’emploi, le taux de chômage de longue durée, les revenus moyens d’activité ainsi que la sécurité de l’emploi. Pour chaque indicateur, vous pouvez également comparer les résultats entre hommes et femmes, et voir combien votre statut économique et social affecte les résultats.

 À l’avenir, ces indicateurs, qui représentent la qualité et les conditions de vie actuelles, seront complétés par des indicateurs décrivant le bien-être sur la durée.

Haut de page

Quels sont les pays couverts par l’indicateur ?

L’indicateur couvre les 34 pays membres de l’OCDE, qui réunit la plupart des pays développés et plusieurs pays émergents, ainsi que deux partenaires clés le Brésil et la Russie. À terme, l’indicateur sera étendu aux six pays partenaires de l’OCDE : l’Afrique du Sud, la Chine, l’Inde et l’Indonésie.

Haut de page

Quel pays est n° 1 ?

Cela dépend de vous ! L’OCDE n’attribue pas de classement aux pays. Au contraire, l’indicateur du vivre mieuxest conçu pour vous laisser à vous, utilisateur, la possibilité d’étudier la contribution des onze critères au bien-être. Si vous pensez que le logement est plus important que l’environnement par exemple, il suffit de modifier les notes dans la barre d’outils de l’indicateur pour voir immédiatement comment les pays se situent les uns par rapport aux autres. Lorsque vous aurez créé votre propre indicateur, cliquez sur «Comparez cet indicateur» afin de confronter votre indicateur à celui d’autres utilisateurs autour du monde et cliquez sur « Partagez cet indicateur » afin de le montrer à vos amis et d’alimenter le débat sur ce qui fait une vie meilleure.

Haut de page

Quelles différences entre les hommes et les femmes?

Prenant en considération les 11 critères de l’Indicateur du Vivre Mieux, les différences de bien-être entre les hommes et les femmes sont faibles. Cependant, les hommes obtiennent de bien meilleures performances que les femmes sur certains points comme par exemple sur l’emploi et les revenus professionnels. A l’inverse, les femmes obtiennent de bien meilleurs résultats que leurs homologues masculins concernant la santé, l’éducation, l’esprit communautaire et le degré de satisfaction sur la vie.

  1. Est-il possible de comparer les résultats de l’Indicateur du Vivre Mieux entre les hommes et femmes avec les résultats moyens par pays? Bien que les résultats de l’Indicateur du Vivre Mieux des hommes/femmes sont calculés à partir des mêmes indicateurs que l’Indicateur du Vivre Mieux pays, il n’est pas possible à l’heure actuelle de comparer les scores de l’Indicateur du Vivre Mieux entre eux étant donné que la normalisation est faite à partir de différentes valeurs.
  2. Comment dois-je lire la fleur présentée entre les scores de L’Indicateur du Vivre Mieux hommes/femmes ?La fleur entre les scores de BLI hommes/femmes est simplement définie à partir de la moyenne arithmétique calculée à partir des scores de l’Indicateur du Vivre Mieux des hommes et des femmes. Ainsi, cette fleur ne représente pas le niveau de L’Indicateur du Vivre Mieux du pays. L’affichage de cette fleur permet de rappeler aux usagers les poids qu’ils ont assignés aux différents critères et comment cela affecte les scores de l’Indicateur du Vivre Mieux des hommes et des femmes.

Haut de page

Pourquoi comparer mon indicateur ?

À chaque fois que vous créez un indicateur, il entre dans une base de données accessible au public, ce qui vous permet de comparer votre indicateur à celui d’autres personnes autour du monde et de voir qui partage votre point de vue sur les sujets les plus importants. Pour rendre cela possible, nous vous demandons de bien vouloir renseigner votre pays, votre genre ainsi que votre classe d’âge, puis de bien vouloir soumettre et comparer votre indicateur. Et bien sûr, vous pouvez partager votre indicateur avec vos amis, ou l’intégrer dans votre propre site Web et encourager d’autres utilisateurs à comparer leur indicateur avec le vôtre.  Au fil du temps, cela aidera l’OCDE à établir un tableau de ce que les citoyens, partout dans le monde, considèrent comme important pour avoir une vie satisfaisante. 

Haut de page

Que puis-je apprendre d’autre sur ce site web ?

Beaucoup de choses ! Le site contient trois grands axes d’information :

  1. L’indicateur : la page principale de votre indicateur du vivre mieux présente une comparaison des résultats d’ensemble des pays sur les onze critères du bien-être, ainsi que des résultats par genre. Elle vous permet aussi de créer et de partager votre propre indicateur
  2. Les thèmes : cliquez sur « Thèmes » dans le menu de navigation pour obtenir des explications générales sur chaque critère ainsi que des notes sur la situation de chaque pays et des exemples de pratiques efficaces.
  3. Les pays : cliquez sur la « fleur » d’un pays (ou sur « Pays » dans le menu de navigation) pour obtenir une description générale du pays en question ainsi que des notes et des explications sur les résultats de ce pays concernant chacun des onze critères du bien-être.

Haut de page

Quels indicateurs sont utilisés pour construire l’indicateur du vivre mieux ?

Chacun des onze critères de l’indicateur repose actuellement sur un à quatre indicateurs, dont on calcule ensuite la moyenne avec des pondérations identiques.

Télécharger la liste complète des indicateurs et des données sous-jacentes.

Les indicateurs ont été choisis sur la base de plusieurs critères statistiques, tels que la pertinence (validité apparente, degré de détail, utilité pour l’action publique), et de la qualité des données (validité prédictive, portée, adéquation, comparabilité internationale, etc.) et en consultation avec les pays membres de l’OCDE. Ces indicateurs sont de bonnes mesures de la notion de bien-être, en particulier dans le contexte d’un exercice de comparaison entre pays. D’autres indicateurs seront ajoutés progressivement à chaque critère.

De par leur situation ou leur histoire, certains pays et cultures peuvent toutefois accorder de l’importance, dans la définition et la mesure du bien-être, à d’autres aspects (la spiritualité, par exemple). C’est pourquoi, même si le cadre de l’OCDE couvre des dimensions du bien-être qui sont universelles et pertinentes pour tous les êtres humains, il peut être utile de le compléter par des initiatives nationales analogues qui peuvent ajouter des informations contextuelles particulières sur ce qui constitue une vie satisfaisante.

Haut de page

En quoi l’indicateur du vivre mieux est-il pertinent ?

Le bien-être est un concept pluridimensionnel qui nécessite un indicateur pluridimensionnel. Toutefois, il peut être difficile d’extraire une seule image à partir d’une mosaïque complexe. L’avantage des indicateurs composites est qu’ils offrent une vue d’ensemble facile à comprendre des structures du bien-être.

Les onze critères du bien-être utilisés dans cet indicateur ont été choisis en tenant compte de la théorie comme de la pratique, et après consultation sur la meilleure façon de mesurer le bien-être à des fins de comparaison. Pour en savoir plus, reportez-vous à notre publication associée, Comment va la vie ? Mesurer le bien-être. D’un point de vue statistique, l’indicateur repose sur des méthodes exemplaires de conception des indicateurs composites et il est fiable au regard de diverses hypothèses méthodologiques.

Haut de page

D’où proviennent les données ?

Les données sont principalement tirées de sources officielles telles que l’OCDE ou les comptes nationaux, les statistiques des Nations Unies ou les Offices statistiques nationaux. Un ou deux indicateurs s’appuient sur les données du sondage Gallup World Poll, mené par la Gallup Organization, qui conduit régulièrement des sondages d’opinion dans plus de 140 pays à travers le monde. Plus de 80 % des indicateurs de votre indicateur du vivre mieux sont déjà publiés par l’OCDE.

Pour en savoir plus, reportez-vous à notre publication associée, Comment va la vie ? Mesurer le bien-être.

Haut de page

L’indicateur donne-t-il des détails au niveau régional ?

Pour le moment, la plupart des indicateurs utilisés dans votre indicateur du vivre mieux ne sont pas disponibles à un niveau plus fin, on ne peut donc pas comparer les écarts à l’intérieur d’un pays ou entre divers groupes sociaux (hommes/femmes, personnes âgées/jeunes, etc.). Selon la disponibilité des données, les versions futures de l’indicateur pourraient intégrer cette possibilité.

Haut de page

Comment les inégalités sont-elles prises en compte dans l’indicateur?

Les informations sur les inégalités sociales sont précisées pour certains indicateurs de l’Indicateur du Vivre Mieux directement dans les pages dédiées aux sujets et aux pays. A partir du ratio sur les inégalités sociales, ces informations sont présentées en comparant les résultats des personnes disposant d’un haut niveau socio-économique avec ceux des individus ayant un faible niveau socio-économique. Le niveau socio-économique est défini soit à partir du niveau de revenus, soit à partir du niveau d’éducation, en fonction de la disponibilité des données sur la répartition socio-économique des différents indicateurs de L’Indicateur du Vivre Mieux. Dans le cas des revenus, nous estimons qu’un niveau socio-économique élevé concerne les individus appartenant au premier quintile de revenus tandis que les personnes avec un faible niveau socio-économique appartiennent dans le dernier quintile des revenus. Dans le cas de l’éducation, un niveau socio-économique élevé concerne les individus diplômés de l’enseignement supérieur tandis qu’un niveau socio économique bas concerne les personnes ayant un faible bagage scolaire. 

Haut de page

Que faire si mon indicateur du vivre mieux ne contient aucun critère important pour moi ?

Les critères utilisés pour l’indicateur ont été choisis pour correspondre aux principaux aspects du bien-être dans de nombreux pays et cultures à travers le monde. Il est toutefois possible que d’autres éléments comptent pour vous et ne figurent pas dans l’indicateur (par exemple, la religion, le fait de fonder une famille, etc.). Nous vous encourageons à utiliser la boîte de commentaire, qui apparaît au moment de soumettre votre indicateur, afin de nous faire part de tout autre sujet que vous aimeriez voir figurer dans les futures éditions de l’indicateur du vivre mieux. Si les données le permettent, nous prendrons en compte vos avis. Vous pouvez également envoyer un message via notre page contact.

Haut de page

Quel est le but de l’enquête en ligne?

Cette enquête a deux buts principaux. Le premier objectif vise à créer une base de données plus complète et plus claire pour les utilisateurs de l’Indicateur du Vivre Mieux qui pourra être plus largement diffusée. Le second objectif consiste à mieux comprendre ce qui motive les réponses des utilisateurs de l’Indicateur du Vivre Mieux, autrement dit dans quelle mesure les opinions sur ce qui importe le plus dans la vie dépendent-elles des conditions de vie et de la satisfaction sur les 11 critères du bien-être. Par exemple, cette enquête va nous permettre de mesurer dans quelle mesure l’importance accordée au système de santé est liée ou non à la qualité objective des systèmes de santé dans les différents pays. Grâce aux résultats de cette enquête, l’OCDE sera mieux armée pour conseiller les décideurs publics et les aiguiller sur les priorités sur lesquelles ils devraient se concentrer pour offrir une meilleure vie à leur citoyens.

Haut de page

L’indicateur permet-il des comparaisons dans le temps ?

Pour l’instant, l’indice ne permet pas de faire des comparaisons dans le temps mais la méthodologie fait constamment preuve d’ajustements. De plus, nombre des indicateurs de l’indicateur du vivre mieux n’évoluent que très lentement avec le temps. Aussi, avant d’étudier l’évolution des différents résultats en fonction du temps, nous devrons encore attendre quelques années. 

Haut de page

Où puis-je trouver les données des précédentes éditions de l’indicateur du vivre mieux?

Télécharger les données 2012  

Télécharger les données 2011

Return to top

Comment les pondérations sont-elles attribuées ?

L’application web qui permet de construire l’indicateur exige au départ d’établir certaines pondérations par défaut. Pour plus de simplicité, on a attribué la même valeur -1- aux pondérations pour l’ensemble des critères. Ces pondérations par défaut ne sont pas représentatives de l’opinion de l’OCDE sur l’importance relative de chaque critère.

Les pondérations sont attribuées par les utilisateurs, qui construisent et adaptent leur propre indicateur. Pour ce faire, l’utilisateur doit noter chaque critère de 0 (« pas important ») à 5 (« très important »). Par exemple, si un utilisateur attribue une note de 5 à la santé et à l’éducation, et un 3 à tous les autres critères, la pondération pour la santé et l’éducation sera de 5/37 (autrement dit, autour de 13,5 %) et tous les autres critères auront un facteur de 3/37 (soit 8,1 % environ). La somme de toutes les pondérations est égale à 100 %.

Haut de page

Comment les indicateurs sont-ils agrégés ?

Chaque critère du bien-être est mesuré à partir d’un à quatre indicateurs. À l’intérieur de chaque critère, on calcule la moyenne des indicateurs utilisés avec la même pondération. Par exemple, le critère de l’éducation est déterminé à partir du niveau d’instruction et du niveau à l’écrit. La note pour l’éducation est donc donnée par :

Niveau d’instruction + niveau à l’écrit
2

Haut de page

Comment les indicateurs sont-ils normalisés ?

L’indicateur regroupe de nombreux indicateurs, exprimés en de multiples unités (dollars, années, etc.). Pour pouvoir comparer et agréger des valeurs exprimées dans des unités différentes, ces valeurs doivent être normalisées.

La normalisation se fait à partir d’une formule classique qui permet de convertir les valeurs d’origine des indicateurs en nombres compris entre 0 (le pire résultat possible) et 1 (le meilleur résultat possible). La formule est la suivante :

Valeur à convertir – valeur minimum
Valeur maximum – valeur minimum

Lorsqu’un indicateur mesure un aspect négatif du bien-être (le chômage, par exemple), la formule utilisée est :

1 –
valeur à convertir – valeur minimum
valeur maximum – valeur minimum

Haut de page

Comment les inégalités sont-elles calculées?

  1. Comment l’Indicateur du Mieux Vivre est-il calculé pour les hommes et les femmes

    L’Indicateur du Vivre Mieux concernant les femmes et les hommes est calculé selon la même méthodologie que l’ L’Indicateur du Vivre Mieux générique qui fait référence à des valeurs moyennes par pays. L’Indicateur du Vivre Mieux pour les femmes et les hommes comprend les mêmes 24 indicateurs que ceux pris en considération pour les différents pays. La plupart de ces indicateurs peuvent être traités en fonction du genre, c’est-à-dire que les données de ces indicateurs sont disponibles de manière distincte pour les femmes comme pour les hommes et qu’elles sont ensuite prises en considération pour le calcul des scores de l’Indicateur du Vivre Mieux en fonction du genre. Dans une petite minorité de cas (pas exemple le logement), il n’est pas possible de distinguer les indicateurs en fonction du genre. Dans ce cas de figure, les valeurs moyennes pays seront considérées pour les calculs de l’Indicateur du Vivre Mieux pour les femmes et les hommes.

    Ces ratios relatifs aux inégalités par genre présentent les écarts entre les hommes et les femmes concernant le bien-être et ceci pour les 11 critères de l’Indicateur du Vivre Mieux. Pour chaque indicateur où la distinction par genre est possible, les ratios sont calculés en divisant les plus hauts résultats entre hommes et femmes par les plus mauvais résultats :

    Max (valeur homme, valeur femme)
    Min (valeur homme, valeur femme)

    Un ratio de 1 indique qu’il y a une parfaite parité entre hommes et femmes tandis qu’un ratio supérieur à 1 témoigne d’une disparité entre hommes et femmes.

  2. Quels sont les ratios relatifs aux inégalités sociales et comment sont-ils calculés?Les ratios relatifs aux inégalités sociales montrent les écarts socio-économiques concernant les résultats du bien-être pour l’ensemble des 11 critères de l’Indicateur du Vivre Mieux. Pour chaque indicateur pour lequel la répartition socio-économique est disponible, les ratios sont calculés en divisant l’écart le plus élevé entre les niveaux socio-économiques hauts et bas par l’écart le plus faible entre les niveaux socio-économiques hauts et bas :
    max (valeur du group avec un niveau socio-économique élevé, valeur du groupe avec un faible niveau socio-économique)
    min (valeur du group avec un niveau socio-économique élevé, valeur du groupe avec un faible niveau socio-économique)

Haut de page

Qu’est-ce qu’une valeur estimée ?

Pour un très petit nombre d’observations (moins de 5 % des données), les valeurs utilisées pour calculer l’indicateur Vivre mieux sont des valeurs estimées. Les valeurs estimées sont des estimations de points de données manquants qui sont déterminées à l’aide de méthodes statistiques spécifiques. Bien que ces valeurs estimées n’aient pas une grande influence sur les résultats de l’indicateur, elles doivent être utilisées avec prudence.

Haut de page

Credits

Conçu et créé par Moritz Stefaner, Frank Rausch, Jonas Leist, Marcus Paeschke, Dominikus Baur et Timm Kekeritz pour Raureif design consultancy, Berlin

Better Life Blog

Happiness pays

For World Happiness Day our guest author suggests that money can't buy you happiness but happiness may get you more money.

plus ...

Gender equality in the workplace

Over the past twenty years, women have made huge gains in the workplace but full job equality is still far from reality. How do we expect to propel economies to new heights when women’s potential is not fully realised?

plus ...

Education for well-being: Online discussion

We know education is an essential component of well-being, so what makes an education that promotes well-being? Join the online discussion.

plus ...
Découvrez notre blog

Indicateur du vivre mieux